La mort et le lyrisme

Titre : L’Iris sauvage

Auteure : Louise Glück

Date : 1992

Âge : Tout âge

Nationalité : Livre américain

Genre : Poème

Résumé : Dans ce poème très personnel, Louise Glück, poétesse contemporaine, nous invite dans son l’intimité de ses sentiments : le « je ». Ici, il s’agit d’un poème sur la mort et sur la « conditio humana ». La plupart de ses poèmes sont autobiographiques et ont un ton lyrique, ce qui rajoute une dimension personnelle à ses œuvres. Voici un extrait :

« […] Au bout de ma douleur

il y avait une porte.

Écoute-moi bien : ce que tu appelles la mort,

je m’en souviens.

En haut, des bruits, le bruissement des branches de pin.

Puis plus rien. Le soleil pâle

vacilla sur la surface sèche.

C’est une chose terrible que de survivre

comme conscience

enterrée dans la terre sombre. […] »

Avis : Louise Glück a été lauréate du Prix Nobel 2020 et nous comprenons pourquoi. La simplicité et l’expression de sentiments forts sont des caractéristiques de son écriture. Je vous conseille cette poétesse qui enjolive le monde d’aujourd’hui en nous faisant revenir aux sources.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :